Nous devons parler de ce qui vient de se passer dans Line of Duty



Elle a appuyé sur envoyer, nous avons haleté, il a appuyé sur la détente.

Publicité

Claquer.





RIP Lindsay Denton. Elle nous a intrigués, troublés, frustrés, séduits et – dans la mort – nous a laissés complètement, totalement sans voix. J'ai regardé mon ordinateur portable avec la bouche grande ouverte pendant cinq bonnes minutes après avoir vu Lindsay respirer pour la dernière fois.

Ce fut une disparition horriblement graphique pour l'ex-cuivre de Keeley Hawes, mais avec un choc aveugle, sa mort m'a laissé un pincement au cœur. Lorsque le créateur de Line of Duty, Jed Mercurio, a sorti Denton pour une autre série, je craignais qu'elle ne soit un complot. Que le protagoniste richement dessiné et conflictuel qui a élevé la série deux vers de nouveaux sommets avait été ramené simplement pour déstabiliser AC-12 et fournir à Steve Arnott une caisse de résonance. Je n'avais pas besoin de m'inquiéter.

Entre les mains de Hawes et Mercurio, Denton a continué à voler la vedette. Elle a peut-être été mise à l'écart, boudée par la police, menant une existence étroite dans une maison de transition, mais son esprit est resté intact. Et elle a continué à exiger ce mélange particulier de sympathie et de suspicion de la part des téléspectateurs et de son allié improbable Steve Arnott.

La paire ostracisée s'est associée lors de l'épisode de ce soir après que Dot Cottan a fait exclure Steve de l'enquête sur Sandsview. Pour Arnott, il s'agissait de demander justice pour Joe et les garçons maltraités vivant au foyer pour enfants, mais pour Lindsay, il s'agissait de rédemption. Elle nous a rappelé quel sacré bon cuivre elle était dans le processus, en identifiant la cachette de Danny Waldron et en découvrant la liste qui avait échappé à Steve et au reste d'AC-12 pendant la meilleure partie de cinq épisodes. Le tout d'un seul coup.

Mais les voitures suspectes aux vitres noircies ne sont jamais de bon augure. Lindsay pensait que Steve la suivait, mais c'est le grand méchant de Line of Duty, Dot Cottan, qui l'a persuadée de faire du stop – une décision qui lui a finalement coûté la vie.



La révélation de Lindsay qu'elle était en possession de la liste des suspects de Waldron a finalement incité le masque de Dot à glisser. Il est peut-être méchant, mais nous n'avions pas ressenti la pleine menace du cuivre corrompu d'AC-12 jusqu'à ce qu'il commence à cracher des offres à Denton pour lui fermer la bouche et - quand elle a refusé - a sorti son arme. Merci à Craig Parkinson dont la rage frémissante a fait monter la barre, mais c'était le moment de Denton, ne vous y trompez pas.

C'est son refus, son cri parce que je suis policier, qui a scellé son destin. Dot avait joué sa main et l'avait trouvée insuffisante, mais Denton n'avait pas encore fini. Avec son doigt planant sur le bouton d'envoi, elle fixa le canon de son arme et expliqua le sacrifice qu'elle savait qu'elle pourrait devoir faire. Tu veux me tirer dessus ? Vous allez de l'avant. S'il vous envoie en prison, c'est mon travail fait.

Elle a appuyé sur le bouton. Il a appuyé sur la gâchette.

Claquer.

Pendant quelques secondes d'agonie, il sembla que sa pièce avait été vaine. La photo s'attardait dans la boîte d'envoi de Lindsay pendant que Dot tapait furieusement sur son téléphone alors qu'elle était allongée là, du sang et du cerveau glissant sur son visage. C'est une scène qui sera sans aucun doute regardée encore et encore par les électeurs de Bafta l'année prochaine.

Parce que Lindsay Denton était quelque chose de rare. Un personnage féminin plein de complexités, puissant même dans les situations les plus désespérées. Dépouillée de sa dignité, de son identité, elle est restée une policière dans l'âme, avec le même sens de la décence qui définit Ted Hastings, Steve Arnott et Kate Fleming. Et dans une série dont on ne peut que présumer qu'elle se termine avec le comeuppance de Dot, c'est DI Denton qui a craqué l'affaire.

Voyez ce qu'ils pensent quand je vous amène, étaient ses derniers mots, quand je ramène le Caddy. Elle n'a jamais eu la chance de revenir dans AC-12 mais garçon a-t-elle cloué cette belette.

Publicité

Line of Duty se termine la semaine prochaine à 21h sur BBC avec un épisode de 90 minutes