Les graines de malheur



Saison 13 – Histoire 85

liverpool manchester city quelle chaine
Publicité

Il y aura une période de transition, une parodie grotesque de la forme humaine. A présent, Winlett lui-même n'existe plus et nous devons détruire ce qu'il est devenu - le Docteur





Scénario
Deux gousses de krynoïdes sont excavées dans l'Antarctique sur la Terre du 20e siècle. L'un infecte un scientifique appelé Winlett qui est ensuite tué dans l'explosion d'une bombe, tandis que l'autre est volé par Scorby et Keeler, deux hommes employés par le riche botaniste Harrison Chase. Après le retour du couple au manoir anglais de Chase, le docteur et Sarah sont impuissants à empêcher le deuxième pod de contaminer Keeler. Nourri par Chase, le nouveau Krynoid grandit rapidement. Le Docteur peut-il empêcher la prochaine étape de son cycle de vie : la dissémination de ses cosses mortelles à travers le monde ?

Premières transmissions
Partie 1 – Samedi 31 janvier 1976
Partie 2 – Samedi 7 février 1976
Partie 3 – Samedi 14 février 1976
Partie 4 – Samedi 21 février 1976
Partie 5 – Samedi 28 février 1976
Partie 6 – Samedi 6 mars 1976

Production
Lieu de tournage : octobre-décembre 1975 à Athelhampton House, Dorset ; Buckland Sand and Silica Co Ltd, Surrey; Centre de télévision de la BBC, Londres
Enregistrement en studio : novembre/décembre 1975 au TC4 et décembre 1975 au TC8

Jeter
Docteur Who - Tom Baker
Sarah Jane Smith – Elisabeth Sladen
Harrison Chase - Tony Beckley
Charles Winlett - John Gleeson
John Stevenson – Hubert Rees
Derek Moberley – Michael McStay
Richard Dunbar – Kenneth Gilbert
Scorby – John Challis
Arnold Keeler – Mark Jones
Amélie Ducat - Sylvia Coleridge
Sir Colin Thackeray – Michael Barrington
Docteur Chester - Ian Fairbairn
Hargreaves – Vert Seymour
Major Beresford – John Acheson
Sergent Henderson – Ray Barron
Chauffeur – Alan Chuntz
Voix Krynoïde – Mark Jones
Garde – Harry Fielder
Chef de garde – David Masterman

Équipage
Scénariste – Robert Banks Stewart
Designers – Roger Murray-Leach, Jeremy Bear
Musique de scène – Geoffrey Burgon
Éditeur de scénario – Robert Holmes
Producteur – Philip Hinchcliffe
Directeur – Douglas Camfield



Revue RT par Mark Braxton
La saison 13 se termine comme elle a commencé, avec du courage, des attaques et des frayeurs de haut vol. Un six parties qui ne se fane jamais un instant est toujours quelque chose de spécial, et Robert Banks Stewart propose une autre invasion inhabituelle et un monstre qui colle à l'esprit.

Le raid sur les archives de l'ère Holmes/Hinchcliffe atteint ici son apogée, le brassage de l'histoire de fouilles malavisées de calotte glaciaire, d'incursion biologique et de déchaînement horticole faisant joyeusement référence à The Thing from Another World, The Quatermass Experiment et The Day of the Triffids, dans ce ordre.

Peu de créatures de Doctor Who avaient un cycle de vie aussi bien pensé que le Krynoïde. De la gousse à la vrille en passant par l'épouvantail et le léviathan, ce légume polyvalent respire vraiment à l'écran. La lecture inversée donne une vie choquante à ses vrilles fouettées, une respiration saccadée grâce au département du son refroidit le sang et l'application accrue de maquillage pour la peau froissée est tout à fait horrible. Même le vert pulvérisé d'un vieux costume d'Axon pour le stade intermédiaire du Krynoïde fonctionne bien.

La phase de chapiteau chaotique n'est pas aussi efficace - d'autant plus que le mouvement de traînage des machinistes en dessous est ridiculement évident - mais un modèle distingué pour représenter le colosse nain du manoir restaure la crédibilité à la fin.

guide trophée resident evil village

Un ennemi redoutable nécessite une feuille diabolique, et Harrison Chase occupe sans effort les parties supérieures du classement des méchants de Doctor Who. Dans un costume ajusté et des gants noirs jamais retirés, et comme le décrit Tony Beckley, Chase est élégant, calme et fascinant.

Évitant les clichés habituels du malfaiteur monopolisant la scène, il est fou non pas du pouvoir et de la domination du monde en soi, mais d'une empathie pathologique avec le règne végétal – une empathie qui fait de lui un allié instantané des Krynoïdes. Même un rare éclat de panto-rage éculé (Pourquoi suis-je entouré d'idiots?) Ne peut pas ébranler ses références élégantes.

Vous pouvez imaginer le plaisir que Banks Stewart a eu à inventer une trame de fond pour Chase : l'ancien bankroll du célèbre syndicat du crime de l'East End devient désillusionné par le crime organisé à la suite d'un cambriolage avorté, change d'identité, a des leçons d'élocution, utilise des gains mal acquis pour financer une longue -une passion permanente pour les géraniums…

Ses sbires ne sont pas moins impressionnants à l'écrit et au casting : le cynique auto-conservateur Scorby (un pré-Boycie John Challis ressemblant à un passionné de jazz de la rive gauche) ; le botaniste anxieux Keeler (Mark Jones) ; et bureaucrate vénal Dunbar (Kenneth Gilbert). Ajoutez la biddy d'acier Amelia Ducat, le grand patron de l'écologie Sir Colin Thackeray (Michael Barrington, déjà familier aux téléspectateurs en tant que gouverneur Venables dans Porridge) et une récolte de notables mineurs et l'histoire regorge de personnages savoureux.

Les garder tous en ligne est le Docteur, et Tom Baker est au sommet de son expérimentation. Sa performance est longue et imprévisible, diversement charmante et choquante. Dans un épisode, il appâte ses ravisseurs avec une impudence enfantine. Quand Scorby dit, d'accord, commencez à parler, il répond joyeusement par : Wolfgang Amadeus Mozart avait un ton parfait…, et son motif Mozart continue quand, sous la menace d'une arme, il parcourt avec désinvolture un extrait du Concerto pour piano n° 23. Cependant, dans un plus tard, le Tomfoolery a disparu et la sympathie du spectateur pour le Doc vacille alors qu'il la perd totalement, se criant rauque contre ses détracteurs.

C'est aussi un virage physique qui fait sourciller. Frappant les visages, craquant le cou et brandissant une épée ou un pistolet, le Docteur semble avoir mis de côté ses principes pacifiques. Mais – dans le contexte d'une aventure abrasive, bourrée d'action peuplée de fous et de lourds – l'approche convient. Vous ne voudriez pas qu'il soit comme ça toutes les semaines, n'est-ce pas.

The Seeds of Doom est une sortie anormalement violente. Le stylo de Mary Whitehouse claquait probablement alors qu'elle griffonnait furieusement des notes – six mois plus tard, elle avait compilé son dossier contre la série, The Deadly Assassin prouvant la goutte d'eau finale.

Pour moi, le décompte des corps faisait partie intégrante de Doctor Who, mais une chose est restée avec moi – et ce n'était pas visuel. Le gargouillement de la mort de Chase dans le broyeur de compost doit être la chose la plus dérangeante jamais entendue dans le programme. Sinon, la manière de sa disparition avait une justice poétique de Roald Dahlian que je suppose que la plupart des enfants ont lapé.

sur quelle chaine pays de galles suisse

Non pas que la série soit exempte de critique. Certaines des scènes de l'Antarctique ont l'air d'être en polystyrène, le feuillage rebelle du domaine de Chase est tout simplement idiot, et la représentation de l'Unité - encore une fois moins le brigadier - est médiocre. Et c'est une surprise quand on sait qui tient les rênes. À d'autres égards, c'est un brillant salut du maître de la précision Douglas Camfield, facilement l'un des cinq meilleurs réalisateurs de la série.

L'intrigue elle-même contient une crevasse géante : il faut un temps ridicule au Docteur et al pour savoir comment s'attaquer au Keeler-Krynoid, ayant apparemment oublié que le Winlett-Krynoid a été tué par une explosion.

Certains ont fustigé l'action du docteur en déterrant le deuxième pod, déclenchant le meurtre, le chaos et, soyons honnêtes, une histoire beaucoup plus longue. Mais il déclare clairement que les gousses viennent par paires et que la seconde devait être traitée plutôt que de mentir comme une bombe à retardement dans la neige.

Dans l'ensemble, c'est une portion riche et élégante, avec beaucoup de viande accompagnant les légumes. Robert Banks Stewart mérite pleinement sa place dans le panthéon de la série. Il n'a peut-être que deux histoires de Doctor Who à son actif, mais quels sont-ils.


Archives de Radio Times

[Disponible sur DVD de la BBC]

L'illustrateur Frank Bellamy

L'illustrateur et caricaturiste très admiré Frank Bellamy a contribué à de nombreuses œuvres d'art pour Radio Times entre 1970 et sa mort en 1976. Les factures ci-dessus présentent l'une de ses dernières illustrations de Doctor Who. (Le tout dernier était pour la répétition de 1976 de Planet of Evil, ci-dessous.)

En hiver 1973, nous avons publié un court article sur Frank Bellamy et l'avons photographié dans le département d'art RT de Marylebone High Street. Il est vu ci-dessous avec la journaliste Madeleine Kingsley et le rédacteur artistique David Driver. (Photographe Jeremy Grayson. Copyright Radio Times Archive)





Publicité

Frank Bellamy est décédé le 5 juillet 1976 et nous avons publié un bref avis dans Radio Times (17-23 juillet 1976).