Résurrection des Daleks ★★★



Saison 21 – Histoire 133

Publicité

Une fois avant, je me suis retenu de détruire les Daleks. C'était une erreur que je n'ai pas l'intention de répéter. Davros doit mourir – le Docteur





Scénario
Le Docteur atterrit sur le Tardis en 1984 à Londres après s'être libéré d'un couloir temporel qui relie la capitale à un futur vaisseau spatial. Il s'avère que les Daleks sont à l'origine d'un complot visant à libérer Davros, retenu captif par des humains dans une station spatiale de la prison. Ayant perdu une guerre contre les Movellans à cause d'une arme virale, les Daleks veulent que leur créateur les aide à développer un antidote et à ressusciter son armée. Leur plan d'envoyer des doubles des voyageurs à Gallifrey pour détruire les Seigneurs du Temps est contrecarré par Stien, un agent double conditionné par Dalek, qui active l'autodestruction de la station spatiale. Tegan, écoeurée par le meurtre dont elle a été témoin, reste sur Terre.

Premières transmissions
Partie 1 – Mercredi 8 février 1984
Partie 2 – Mercredi 15 février 1984

Production
Lieu de tournage : septembre 1983 à Shad Thames et Butler's Wharf, au sud-est de Londres
Enregistrement en studio : septembre/octobre 1983 au TC8

Jeter
Le docteur – Peter Davison
Tegan – Janet Fielding
Turlough – Mark Strickson
Stien – Rodney Bewes
Styles - Rula Lenska
Colonel Archer - Del Henney
Lytton – Maurice Colbourne
Professeur Laird - Chloé Ashcroft
Davros – Terry Molloy
Mercer - Jim Findley
Osborn - Snow Gupta
Galloway – William Sleigh
Kiston – Les Grantham
Sergent Calder - Philip McGough
Cavalier – Roger Davenport
Membres d'équipage - John Adam Baker, Linsey Turner
Opérateurs Dalek – John Scott Martin, Cy Town, Tony Starr, Toby Byrne
Voix Dalek – Brian Miller, Royce Mills

terminateur de commande

Équipage
Scénariste – Eric Saward
Effets visuels – Peter Wragg
Musique de scène – Malcolm Clarke
Concepteur – John Anderson
Éditeur de scénario – Eric Saward
Producteur – John Nathan Turner
Réalisateur – Matthew Robinson



Revue RT par Mark Braxton
Plus de quatre ans s'étaient écoulés depuis que les Daleks étaient apparus avec leur créateur ratatiné. Et avec le temps qui s'écoulait pour le cinquième Docteur et ses compagnons, le moment semblait maintenant venu de dépoussiérer les gargarismes des Skaro-mongers.

C'est une ouverture saisissante : deux hommes vêtus de vêtements étranges jaillissent d'entrepôts vides de Londres… d'autres hommes apparaissent, traqués par des agents de police qui tirent sur eux avec des pistolets mitrailleurs… un inspecteur utilise un appareil pour faire disparaître tous les cadavres…

En quelques minutes, nous découvrons des mercenaires de sang-froid, des vaisseaux spatiaux étincelants et le Docteur dans une situation difficile : si serrée en fait que la Cloister Bell sonne à bord du Tardis. Oh non, gémit Tegan, aussi bien qu'elle pourrait.

Il y a une intention sérieuse ici: un paysage sinistre, Euston-Films de docks déserts; ensembles robustes et ouverts; musique dérangeante; et un nombre élevé de cadavres d'aiguilles de chien de garde à la télévision.

L'horreur est poussée au maximum à travers les deux épisodes (quatre à l'origine mais adaptés pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver). Le maquillage pour refléter la décomposition virale est d'une efficacité redoutable, les Daleks sont généreusement éviscérés et des morts subites surviennent avec une fréquence en sueur – un homme, un détecteur de métaux, est abattu sans raison justifiable.

Il y a aussi surtout du casting sérieux. Un Leslie Grantham, ou Les comme il était facturé, s'entraîne à plisser les yeux quand il se fera un nom en tant que Dirty Den à EastEnders – il n'aura qu'à attendre un an. Ici, il joue la sinistre sauvegarde informatique de Davros, Kiston, bien que la partie nécessite peu de portée.

L'ancien garçon probable Rodney Bewes joue le duplicata Stien, qui passe d'un violet rétréci à un complice d'acier, grâce à son lavage de cerveau Dalek. C'est une vieille partie étrange sans motivations claires mais Bewes attrape le taureau par les cornes.

Ravi de voir Rula Rapunzel Lenska, bien que ses tresses de marque aient été rangées sous un couvre-chef confiné sous le nom de Styles. Et Chloe Ashcroft, pilier de l'école de jeu prim et sensible, en tant que professeur Laird primitif et sensible. Il y avait sûrement aussi des rôles pour Carole Ward et Toni Arthur ?

ordre spiderman

Au sommet de la forme se trouve l'acteur compagnon Maurice Colbourne dans le rôle de Lytton froid et égoïste, qui vit pour se battre un autre jour - dans la sixième histoire du docteur L'attaque des cybermen en 1985. Toujours une paire de mains sûre, Colbourne a été honoré avec l'homme principal statut à Howards' Way, jusqu'à sa mort prématurée en 1989.

Mais qu'en est-il des poivrières préférées de tout le monde ? Au-delà d'un peu de conflit interne, l'histoire n'élargit pas vraiment le mythe de Dalek. Si quoi que ce soit, ils semblent hésitants, voire moche (Retirez! Retirez-vous!; Il doit être exterminé, dès que cela convient aux Daleks). Leurs voix inspirent peu de crainte, comme si les acteurs criaient dans les mains en coupe. Et quelques instants après leur introduction, ils sont réduits en miettes. Nous attendons cela à la fin d'une histoire de Dalek, pas au début. Maîtres de l'univers en effet.

En guise d'excuses pour leur aventure précédente, Destiny of the Daleks, Davros est relancé pour un autre lancer de dés – ou de roulettes en tout cas – avec un nouveau masque et un porteur différent : Terry Molloy. Mais il a toujours l'air d'avoir un morceau d'aiglefin rassis sous son nez et est toujours sujet à des fanfaronnades gommeuses. C'est vraiment dommage qu'Arthur Mullard n'ait jamais été autorisé à enfiler le latex.

Il y a des morts acrobatiques stupides : deux comédiens ressemblent à des marionnettes dont les tire-fils ont une quinte de toux. Même la dernière fente de Stien, semblable à celle de Lazare, est étouffante et irréaliste. Une partie de la conception est également un peu trop enthousiaste : ces casques oculaires pour les alliés humains des Daleks appartiennent à la boîte de temps qui semblait être une bonne idée.

Mais il y a de la complexité dans l'histoire, et il y a des zones grises noueuses du genre que nous connaissons mieux à l'ère Moffat. Le docteur a bien l'intention d'exécuter Davros, une position qui afflige Tegan de la même manière que le dixième docteur arachnicide dérangerait Donna dans The Runaway Bride.

C'est une scène de départ courageuse et anti-sentimentale, avec une compagne sans joie épuisée par ses souffrances. Nous avons déjà été ici, avec Victoria (j'en ai marre d'une crise sur une autre) et Sarah Jane (j'en ai marre qu'on me tire dessus, sauvagement par des monstres aux yeux d'insecte…) mais cette fois Tegan semble vraiment en colère avec le Docteur, et désenchanté par ses exploits.

casting wandavision

Elle part, avec le Docteur métaphoriquement giflé au visage. Elle fait marche arrière, voulant un bon au revoir, mais le Tardis est parti. Il n'y aura pas de fermeture.

Eric Saward s'est donné beaucoup de mal pour plaire à la foule en revenant à l'histoire de Who : nommez n'importe quelle histoire de Dalek que vous aimez et vous trouverez des éléments ici, des virus et des voyages dans le temps au scan mental de Time Lord. Incidemment, comme c'est beau de voir cette séquence d'appels compagnons, mais quoi, pas de Leela ?! Mais certaines parties de l'intrigue semblent ancrées et inconsidérées : toute l'affaire des doublons n'a guère de sens.

Et il y a tellement d'hommages que Resurrection of the Daleks est inférieur à la somme de ses parties. Est-ce agréable ? Oui. Cela ressemble-t-il à une histoire appropriée? Malheureusement pas.


Documents d'archives Radio Times

Publicité

[Disponible sur DVD de la BBC]