La scène du viol de Poldark : le livre et les adaptations télévisées comparées



L'épisode de Poldark de cette semaine contenait une scène controversée avant même sa diffusion. Il voit Ross d'Aidan Turner arriver à la maison de l'ancien amant Elizabeth (Heida Reed) à Trenwith au milieu de la nuit, furieux d'apprendre qu'elle a accepté d'épouser son ennemi juré George Warleggan. Une conversation passionnée s'ensuit au cours de laquelle Ross impose les mains sur Elizabeth et l'oblige à l'embrasser avant qu'ils ne finissent par se retrouver au lit ensemble.

Publicité

Le passage original du livre Warleggan du créateur de Poldark, Winston Graham, sur lequel la série actuelle est basée, est souvent appelé scène de viol, tout comme le même moment dans l'adaptation télévisée de la BBC des années 1970.





Mérite-t-il cette réputation ? Et la manière dont elle a été gérée cette fois-ci suggère-t-elle une rencontre plus consensuelle ? Nous revenons sur la façon dont la scène a été décrite à la fois dans le livre et dans l'épisode télévisé de 1976 et entendons Debbie Horsfield - créatrice de la nouvelle série - Aidan Turner, la star de Poldark, et Andrew Graham, fils de l'auteur, à propos de leur approche à cela et comment cela s'est passé.


Le texte source : le roman Warleggan de Winston Graham de 1953

La scène se produit dans le livre 3, chapitre 5 du roman de Winston Graham Warleggan, le troisième de sa série de 12 romans.

Il s'ouvre avec Poldark pénétrant dans Trenwith par une fenêtre à battants la nuit (pas en ouvrant la porte de façon spectaculaire avec son pied comme le fait Ross d'Aidan Turner).

diffusion des finales atp

Lui et Elizabeth se rencontrent dans le couloir et il la suit dans sa chambre pendant qu'elle prend une bougie (à peu près ce qui s'est passé dans la dernière version télévisée). Puis ils se disputent. La partie clé vient à la fin du chapitre :



Il l'embrassa. Elle détourna le visage mais ne put le contourner assez loin pour l'éviter.

Ses yeux étaient éclairés par la colère. Il ne l'avait jamais vue comme ça et il y trouvait du plaisir.

« C'est méprisable ! Je n'aurais pas dû le croire de ta part ! Pour vous forcer. Pour m'insulter.

«Je n'aime pas ce mariage avec George, Elizabeth. Je serais heureux de votre assurance que vous n'irez pas jusqu'au bout.

'J'aime George à la folie et je l'épouserai la semaine prochaine.'

Il la rattrapa à nouveau, et cette fois commença à l'embrasser avec une passion intense.

Elle lui a giflé le visage alors il a attaché son bras.

« Tu me traites comme une salope. »

« Il est temps que tu sois ainsi traité. »

« Laissez-moi partir Ross ! Tu es odieux, horrible !

« Voulez-vous l'épouser ? »

« Non ! je vais crier ! Oh, mon Dieu, Ross. S'il te plaît. Demain…'

...

« Ross, tu ne peux pas avoir l'intention. Arrêter! Arrête, je te dis.

Mais il n'y fit plus attention. Il la prit dans ses bras et la porta jusqu'au lit.

Ce qui se passe ensuite n'est pas décrit, mais plus tard dans les livres, Elizabeth se souvient de la rencontre en termes de caresses qu'elle reçoit de Ross ce soir-là.

Il est clair qu'il y a des viols à d'autres moments dans les romans Poldark de Graham, et ensuite il les appelle viol. Il n'utilise pas ce mot cette fois.


L'adaptation télévisée des années 1970

L'épisode controversé de la série originale est souvent appelé l'épisode du viol.

Il a été diffusé le dimanche 11 janvier 1976 Ross à 19h25 sur BBC1, épisode 15 de la première série.

Il s'agit de la facturation de Radio Times pour l'épisode qui fait allusion à ce qui allait arriver, qualifiant la réaction de Ross à la nouvelle des fiançailles d'Elizabeth de déraisonnable et d'obsessionnelle.

La semaine suivante, il n'y a aucune mention de l'incident, au-delà de la référence à la relation tendue entre Ross et Demelza.

La BBC ne publierait pas de clips du moment où Elizabeth (Jill Townsend) et Ross (Robin Ellis) ont des relations sexuelles, mais voici une scène d'une autre dispute entre eux pour vous donner un avant-goût de leur relation houleuse.

https://www.youtube.com/watch?v=4fDb-S-PYBw

La scène pertinente n'a pas semblé faire grand bruit à l'époque – reflétant peut-être différentes attitudes dans les années 1970. En fait, il n'y a eu aucune lettre à ce sujet dans Radio Times par la suite, seulement une correspondance d'un lecteur disant à quel point il appréciait le drame.


Le Poldark 2016

Si vous l'avez vu, vous pouvez vous faire votre propre opinion.

Mais c'est ce que dit l'équipe créative de Poldark…

La scénariste Debbie Horsfield s'adressant à RadioTimes.com :

L'une des premières choses que vous apprenez lorsque vous adaptez un roman, c'est qu'il n'y a pas deux lecteurs qui imaginent une scène de la même manière ! C'est encore plus aigu lorsqu'une scène se termine brusquement, comme c'est le cas dans le livre 3, chapitre 5 de Warleggan, lorsque l'action s'interrompt et que le reste est entièrement laissé à l'imagination du lecteur. Cependant, en tant que créateurs de programmes, nous devions décider de ce que le public verrait réellement ! Et, dans la mesure du possible, pour donner vie à ce que l'auteur original voulait que la scène représente. Nous avons eu la chance d'avoir Andrew, le fils de Winston Graham, comme consultant sur la série, nous avons donc pu clarifier avec lui les intentions de son père pour cette scène. Ce que vous avez vu à l'écran est cohérent avec ce que nous pensons avoir été ces intentions.

Aidan Turner :

Cela semble consensuel, et cela semble juste. Il va parler. Il ne va pas commettre un crime. Ils parlent et il semble qu'il y ait toujours cette étincelle entre eux, cette affaire inachevée émotionnellement. C'est certainement ce que ressent Ross. Il ne s'impose pas à elle. Il est émotionnellement assez inarticulé. Je ne pense pas qu'il se comprenne bien. Avec Elizabeth, il l'a idéalisée pendant si longtemps. Il aurait pensé à elle tous les jours sur les champs de bataille. De rentrer à la maison et de ne pas l'avoir, de ne pas la tenir, de ne pas l'épouser. C'était très difficile. Il est absolument amoureux de Demelza. La question est : est-il possible d'être amoureux de plusieurs personnes ?

Il est très imparfait. Il n'est pas seulement cette légende qui monte à cheval et nourrit les pauvres. Il a l'air bien réel, très fier. Nous l'appellerions presque un maniaque du contrôle. Il peut être assez méchant et insensible, déterminé et égoïste. Ce serait ennuyeux de jouer un personnage qui est juste un bienfaiteur. Il fait des erreurs et s'en rend compte.

Andrew Graham :

Peut-être que le dernier mot devrait revenir au domaine Graham. Winston Graham est décédé en 2003, mais son fils Andrew Graham soutient l'interprétation de la BBC :

Il n'y a pas de scénario de «viol choc» dans les romans. Dire cela, c'est mal interpréter le texte de mon père. La BBC n'a rien coupé et la représentation de ces scènes par [Poldark production company] Mammoth Screen est tout à fait fidèle à l'écriture de mon père.

Pour être plus précis, dans le roman Warleggan, le point de départ de la scène pertinente est en effet compatible avec le potentiel de viol. Mais ce qui se passe alors n'est pas décrit mais est entièrement laissé à l'imagination. La seule façon de juger de l'intention de mon père est de lire les romans dans leur intégralité. Ce faisant, il devient clair, à partir de scènes antérieures ainsi que des réactions immédiates d'Elizabeth et des émotions mélangées ultérieures, que ce qui s'est finalement passé était un sexe consensuel né d'un amour et d'un désir à long terme. C'était, comme l'a dit Aidan Turner, 'une affaire inachevée émotionnellement'.


Vous avez maintenant lu les différentes manières dont la scène controversée a été traitée – dans le roman original, l'adaptation télévisée de 1976 et la série actuelle de la BBC. Alors, que pensez-vous de l'intention de l'auteur Winston Graham et de la façon dont le drame d'Aidan Turner l'a géré ? Qu'est-ce qu'ils ont bien ou mal ? Et la scène mérite-t-elle sa réputation controversée ? Faites-nous savoir dans la zone de commentaires ci-dessous.

Publicité

Poldark continue le dimanche soir à 21h