Revue de la saison quatre de The Last Kingdom: les temps sont en train de changer



4,0 sur 5 étoiles

La troisième saison de The Last Kingdom a un vrai sens de la finalité. Cela ressemblait beaucoup au dernier chapitre d'une trilogie, terminant les histoires de plusieurs personnages, dont le roi Alfred lui-même, dont la relation compliquée avec Uhtred de Bebbanburg avait été une partie importante de cette série depuis le début. En conséquence, la saison quatre était sur le point d'être un moment décisif pour Le dernier royaume mais heureusement, la série colle à l'atterrissage – avec une petite oscillation.

Publicité

D'une manière tout à fait appropriée pour son protagoniste, The Last Kingdom marche sans crainte dans cette nouvelle ère intimidante avec un premier acte rapide. Enfin, Uhtred décide de retourner à Bebbanburg, la terre qui est son droit d'aînesse, après avoir entendu qu'elle a été affaiblie par les attaques persistantes des Écossais. Mais lorsque les choses ne se passent pas exactement comme prévu, il se retrouve entraîné dans le conflit sanglant entre Saxons et Danois, alors que le sort de l'Angleterre est en jeu.





Il y a une abondance d'épées qui se balancent et de têtes coupées dans cette salve d'ouverture, qui se termine par une bataille brutale et ambitieuse dans le quatrième épisode. Bien que d'une durée inférieure à 10 minutes, la séquence est indéniablement impressionnante par sa portée et sa chorégraphie de combat, avec une tension saisissante et des conséquences significatives ressenties tout au long de la saison. Mais au lendemain de cette escarmouche culminante, la série se sent un peu moins sûre d'elle-même alors qu'elle trace où aller ensuite.

Le dernier royaume a toujours fonctionné avec plusieurs antagonistes par saison, mais la transition entre eux était auparavant beaucoup plus fluide que ce que nous voyons ici. Au lieu de cela, il y a un léger retard dans l'établissement de la prochaine grande menace alors que l'accent est mis sur les querelles politiques, qui commencent à traîner alors que certains personnages s'affrontent à plusieurs reprises sur le même problème. Heureusement, la série peut surmonter cette mauvaise passe grâce à la force de ses personnages, avant de se rassembler pour une finale solide.

Alexander Dreymon reste indéfiniment regardable en tant que Uhtred de Bebbanburg, tandis que sa charmante bande de coquins mérite également des éloges en tant que héros méconnus de la série. Il y a une camaraderie entre Finan (Mark Rowley), Sihtric (Arnas Fedaravičius) et Osferth (Ewan Mitchell) qui se sent complètement authentique et est parfaitement utilisée dans les moments de bienvenue de soulagement comique. Leur gang hétéroclite est si sympathique que vous avez envie de retenir votre souffle chaque fois qu'ils sont mis en danger, surtout compte tenu de la réputation de The Last Kingdom de tuer des personnages.

Netflix

Dans le Wessex, la saison quatre donne à certains personnages la chance de sortir de l'ombre d'Alfred. Le roi Edward (Timothy Innes) nouvellement couronné est confronté au défi de rester à la hauteur de l'héritage de son père, mais son ego fragile conduit souvent à des explosions de colère contre ceux qui se soucient le plus de lui. Le suivi de la performance stellaire de David Dawson en tant qu'Alfred n'est pas une mince tâche, mais Innes réussit largement, bien qu'en tant que dirigeant très différent. Edward ne fait pas la distinction entre le héros et le méchant aussi gracieusement que son père, atterrissant souvent plutôt fermement du dernier côté.

Pendant ce temps, Lady Aelswith a du mal à accepter de perdre son influence dans le palais, la forçant à faire face aux décisions douteuses qu'elle a prises. Eliza Butterworth donne une autre solide performance dans le rôle, montrant un côté plus sympathique qui résonne vraiment.



Sans aucun doute, le personnage qui se sent le plus radicalement changé dans le saut dans le temps entre les saisons trois et quatre est Brida (Emily Cox). Bien qu'elle ait toujours eu une soif de bataille et un dégoût pour les Saxons, elle est sensiblement plus cruelle et assoiffée de sang qu'auparavant, peut-être en raison de sa relation continue avec le guerrier vicieux, Cnut. C'est une progression naturelle pour le personnage, mais il est triste de voir Brida s'éloigner d'être un anti-héros avec une attitude en faveur de devenir un méchant pur et simple.

Le dernier royaume présente un certain nombre de nouveaux membres de la distribution dans la saison quatre, mais les enfants d'Uhtred étaient de loin les plus importants pour réussir. Maintenant dans leur adolescence, Young Uhtred (Finn Elliot) et Stiorra (Ruby Hartley) sont de bons ajouts à la tradition croissante de la série, défiant leur père de différentes manières avec leurs chemins opposés dans la vie. Pendant ce temps, Stefanie Martini et Jamie Blackley incarnent des frères et sœurs intrigants qui tentent de retrouver la noblesse en exploitant l'ego d'Aethelred. Au départ, cette intrigue secondaire semble un peu déplacée, mais les deux trouvent leur place à mesure qu'ils deviennent plus centraux dans l'histoire qui se déroule.

Si la saison trois ressemblait à une fin possible pour The Last Kingdom, la saison quatre inaugure une nouvelle ère pour la série qui la prépare pour de nombreuses autres histoires. En conséquence, le rythme semble parfois moins urgent à mesure que de nouveaux personnages sont introduits et mis en place, mais soyez assuré qu'il y a beaucoup plus de moments choquants pour vous garder accroché tout au long. Le destin est tout !

  • En quoi The Last Kingdom est-il différent des livres ?
  • Récapitulation du dernier royaume : que s'est-il passé dans les saisons 1 à 3 ?
Publicité

La saison 4 de The Last Kingdom est maintenant en streaming sur Netflix – jetez un œil à notre liste des meilleures séries télévisées sur Netflix, oudécouvrez ce qui se passe d'autre avec notreguide télévisé

tournage poldark