L'histoire dramatique de Florence Death in Paradise se termine avec émotion – malgré un complot incroyable



*SPOILERS pour Death in Paradise série 8 épisode 6 suivre*

Publicité

So Joséphine Jobert (DS Florence Cassell) est quitter la mort au paradis, après tout. Et comme bien joué ! Ils nous ont fait croire après la première partie du double billet que Florence était peut-être morte, mais dans l'épisode deux, nous découvrons qu'elle est vivante et que c'est le fiancé Patrice (Leemore Marrett Jr) qui a été assassiné.





Et puis – surprise ! – il s'avère que Florence quitte la série de toute façon. Mais pas dans un sac mortuaire.

Sainte Marie est une petite île, et je ne pense pas qu'il y ait un endroit ici qui n'ait pas un souvenir de Patrice, dit-elle à son patron, avant de révéler son intention de quitter son travail et de déménager en Martinique et après cela, qui sait où.

  • Rencontrez le casting de Death in Paradise série 8
  • Nous devons parler de CE choc, la fin du cliffhanger de Death in Paradise

C'est une sortie pessimiste alors que Florence pleure son fiancé et sa mort tragique. Mais à côté de sa misère et de son chagrin, le double projet de loi donne également à Death in Paradise une chance d'approfondir les personnages laissés pour compte alors qu'ils se mobilisent pour soutenir leur ami et collègue. L'épisode parvient même à se terminer sur une note édifiante alors que les flics avouent leur amitié éternelle et lui font signe de partir dans un taxi. Le ton est inhabituellement doux-amer.

Le propre chagrin du veuf Jack est exploré, alors qu'il parle de ses expériences d'aller de l'avant et de refaire sa vie dans les Caraïbes, et nous voyons le côté plus doux du commissaire (Don Warrington) qui devient de manière inattendue émotif lorsque vient le temps pour Florence pour déclencher.

Nous devons cependant dire que l'explication du meurtre de Patrice et Tiana est un peu stupide.



Je ne comprends pas. Pourquoi ce type de Harrison tuerait-il Tiana pour français ? demande Martin, le personnage pompeux d'Angus Deayton. Et c'est une question très raisonnable. On se demandait aussi exactement la même chose.

Patrice avait grandi avec Harrison, nous rappelle Florence, ajoutant à l'énigme du tueur improbable de Tiana. Il a juré que Harrison était doux, il n'avait pas le courage de tuer.

Alors comment expliquez-vous cela? Comment assembler deux épisodes qui étaient presque deux mystères de meurtre autonomes – chacun avec un corps, une poignée de suspects et une solution – et les relier avec un marionnettiste tirant les ficelles ?

La réponse, apparemment, est que le bras droit du PDG Frances Compton (Saskia Reeves) est un maître manipulateur. En fait, voici une femme si douée pour le contrôle mental et le lavage de cerveau que dans une autre vie, elle aurait été chef de secte. Elle était vraiment perdue dans la compagnie d'Ewan Boyd !

Lors de leurs fréquents voyages vers et depuis Sainte Marie, Frances avait commencé à empoisonner les pensées de Harrison, explique le DI Jack Mooney (Ardal O'Hanlon). Harrison était dans un état vulnérable, il était sous pression, son entreprise était en difficulté, il avait des dettes. Sa petite amie avait des doutes sur la relation. Il était mûr, en d'autres termes, pour que Frances lui raconte au goutte-à-goutte à quel point sa douleur serait insupportable de perdre l'amour de sa vie.

Se tournant vers Frances et déployant tous les adverbes auxquels il peut penser, le détective ajoute avec un dernier élan : Vous l'avez intelligemment, subtilement, incité à penser que le seul moyen de sortir de sa situation était de commettre un meurtre. Vous avez tordu son esprit contre Tiana.

L'éclairage au gaz n'est qu'un mot pour cela - manipuler quelqu'un pour qu'il remette en question sa propre santé mentale.

Alors on l'achète ? Pas exactement. En partie parce que ce que Frances faisait apparemment à Harrison n'était pas exactement de l'éclairage au gaz, qui consiste plutôt à faire douter la victime de sa santé mentale lorsque l'agresseur contredit ses souvenirs, ses perceptions ou ses expériences. Si Frances avait fortement insisté sur le fait que la mer était rose jusqu'à ce qu'Harrison commence à penser qu'il était en train de perdre la tête, puis avait nié plus tard avoir dit que la mer était rose alors qu'elle était manifestement bleue – ce serait de l'éclairage au gaz.

Mais Frances essayait sans doute une manipulation psychologique classique. Le problème, c'est qu'il semble un peu invraisemblable qu'elle ait pu contrôler Harrison et lui faire changer d'avis au cours de quelques trajets en bateau-taxi, juste pour empêcher son patron multimillionnaire mourant de découvrir que Tiana était son fille perdue depuis longtemps et lui laisser une partie de la société d'investissement financier extrêmement précieuse. Ouf. Death in Paradise se spécialise dans les méthodes et les motivations de meurtre brillamment alambiquées, mais celle-ci est exceptionnellement difficile à avaler.

Pourtant, l'explication du meurtre n'est guère le point principal de cet épisode. Au lieu de cela, il s'agit de dire au revoir à un membre important de l'équipe.

Et ça, ça le fait avec brio.

Pourquoi Joséphine Jobert (Florence) quitte-t-elle Mort au paradis ?

L'actrice a tweeté qu'elle avait fait son temps dans la série et avait d'autres projets sur lesquels travailler. Elle part vers de nouvelles aventures et tourne actuellement à Paris et Marrakech.

Publicité

Cet article a été initialement publié le 14 février 2019


Inscrivez-vous à la newsletter gratuite de RadioTimes.com