Doctor Who : The Rebel Flesh / The Almost People



2,0 sur 5 étoiles

Histoire 217

Publicité

Série 6 – Épisodes 5 & 6





Vous n'êtes pas venu ici depuis très, très longtemps – le Docteur

Premières transmissions au Royaume-Uni
samedi 21 mai 2011
samedi 28 mai 2011

Scénario
Au milieu d'une tempête solaire, le Tardis arrive sur une île au 22ème siècle. Un ancien monastère est aujourd'hui la base d'une équipe de mineurs squelettiques qui pompent de l'acide vers le continent. Cette tâche dangereuse est en grande partie menée par des doppelgangers, ou Gangers, composés d'un liquide gloopy, une matière programmable appelée Flesh. Les Gangers acquièrent une conscience plus élevée et se rebellent contre leurs oppresseurs. Une version chair du Docteur est créée, alors que le monstrueux Ganger du membre d'équipage Jennifer se déchaîne. Le Seigneur du Temps essaie d'établir la paix entre les humains et les Gangers. De retour dans le Tardis, à la grande horreur de Rory, il révèle qu'Amy est un duplicata de Flesh depuis longtemps. Elle se dissout et la vraie Amy se réveille ailleurs sur le point d'accoucher – et la méchante femme aux yeux bandés la pousse à Puuush !

Production
de novembre 2010 à avril 2011 au château de Cardiff ; Château de Caerphilly ; Abbaye de Neath ; Château de Chepstow ; Collège de l'Atlantique, majeure Llantwit; Bâtiment de l'Assemblée nationale galloise, Cardiff ; Fillcare, Llantrisant; Studios du Bateau Supérieur

Jeter
Le docteur - Matt Smith
Amy Pond – Karen Gillan
Rory Williams - Arthur Darvill
Jimmy – Mark Bonnar
Avertisseur sonore – Marshall Lancaster
Jennifer – Sarah intelligente
Clivage – Raquel Cassidy
Dicken - Léon Vickers
Cache-œil dame – Frances Barber
Adam – Edmond Moulton



Équipage
Scénariste – Matthew Graham
Réalisateur - Julian Simpson
Producteur – Marcus Wilson
Designer – Michael Pickwoad
Musique – Murray Gold
Producteurs exécutifs – Steven Moffat, Piers Wenger, Beth Willis

Avis RT par Patrick Mulkern
OK, tout d'abord : un point bonus pour avoir fait entrer Dusty Springfield dans Doctor Who. Aimer! Et si étrange aussi, alors que You Don’t Have to Say You Love Me fait écho à travers ce monastère du XIIIe siècle et usine d’acide du 22e siècle.

Je dois admettre, cependant, que j'ai approché le dernier script de Matthew Graham avec inquiétude, souhaitant qu'il améliore son seul autre effort pour Who – le puant de 2006, Fear Her. C'est la seule histoire que j'ai jugée suffisamment grave pour ne décerner qu'une étoile sur cinq dans le livre Doctor Who 2005-2010 de RT. Il est également arrivé huitième à partir du bas dans le sondage 2009 de Doctor Who Magazine sur chaque histoire transmise.

Sûrement Matthew Graham, la force créatrice derrière Life on Mars et Ashes to Ashes (nous allons patiner sur ses Bonekickers avortés), pourrait trouver quelque chose de mieux pour Doctor Who ..?

Eh bien, The Rebel Flesh a de la viande sur les os. Il présente un dilemme moral intrigant (le droit à la vie des Gangers) et des étincelles d'originalité - pour moi, du moins: je ne suis pas au courant de tout ce qui concerne la science-fiction.

Mon collègue, Mark Braxton, a remarqué que les clones et leur cuve de chair vivante rappellent les Cylons de Battlestar Galactica. La cuve ne m'a rappelé que la disparition de Kenneth Williams dans Carry On Screaming : Frying tonight !

Le contremaître Cleaves nous dit que la chair est une matière entièrement programmable, qui peut reproduire un organisme vivant jusqu'aux poils de son menton menton, même des vêtements. Des souvenirs aussi. Eh bien, c'est pratique, si difficile à avaler.

Mais qu'il s'agisse de vrais humains ou de Gangers, aucun des personnages de Graham ne montre encore beaucoup de signes de vie. Raquel Cassidy, Mark Bonnar et Marshall Lancaster se débattent sur les morceaux de caractérisation proposés.

Sarah Smart est légèrement sympathique en tant que Jennifer, ou même son Ganger, dont le bonce allongé peut éclater à travers une porte de tourbière – une interprétation apprivoisée de l'horreur corporelle dans The Thing de John Carpenter, qui devrait néanmoins effrayer les petits téléspectateurs.

Du côté positif, The Rebel Flesh est abattu de mauvaise humeur, frisant le cauchemar, une sensation renforcée vers la fin par le score lancinant de Murray Gold. Pourtant, il ne parvient pas à captiver. La faute peut se situer quelque part entre la clarté du montage et le mixage sonore.

Je n'ai pas besoin d'être frappé par la tête avec des détails, mais les explications importantes ne doivent pas être barbouillées ou obscurcies par de la musique et des effets sonores. Le script a plusieurs bigoudis : Jennifer's Sorry, Buzz. Ma faute; Le mal de ventre peu subtil de Cleaves en furetant dans son casier; et Matt Smith étant encombré du genre de tosh exubérant que David Tennant devait souvent débiter.

Le deuxième épisode, The Almost People, se termine sur un cliffhanger surprenant / une révélation de choc en tant que doppelganger Amy et la chemise à carreaux dans laquelle elle porte tous épisode sont enfin exposés. Dissous sur le sol du Tardis. Combien de téléspectateurs ont vu venir celui-ci ? Eh bien, j'ai eu mes soupçons pendant un certain temps. En fait, depuis les scans fluctuants de grossesse positifs/négatifs d'Amy, notre premier aperçu de Frances Barber, une femme au cache-œil, et de tout ce que le Silence faisait avec Amy dans Day of the Moon.

Ces soupçons ont été confirmés dans The Rebel Flesh lorsque, environ 25 minutes après le début du drame, Amy et Jimmy ont insisté auprès du Docteur sur sa prescience de la Chair. Si vous l'avez manqué, revenez en arrière et étudiez le regard soutenu et peiné que le Seigneur du Temps lance à son compagnon. Et, bien sûr, c'est 18 minutes après le début de The Almost People, il scanne le dos d'Amy sournoisement avec son tournevis sonique.

Pauvre Amy, cependant. Et pauvre Rory – le gars ne pouvait-il pas le dire ? Ils se sont probablement installés à plus d'un titre dans les dortoirs de Tardis, mais même lui n'avait pas chronométré qu'elle n'était pas l'étang plein. C'est une technologie artificielle. Les acheteurs d'Ann Summers réclameraient sûrement des conseils de la part de l'entreprise derrière la chair vivante…

Vous pouvez remettre en question des points de logique dans le deuxième épisode. Le Docteur emmène les survivants dans le box de police et annonce : L'énergie du Tardis stabilisera les Gangers pour de bon. Ce sont des gens maintenant. Génial, mais pourquoi ce bienfait ne s'étend-il pas au double plus avancé d'Amy ?

Peut-être êtes-vous consterné qu'ayant montré une telle sympathie pour le sort des Gangers, le Docteur puisse dissoudre si impitoyablement le doublon d'Amy. Elle ne montre aucune animosité et est à ses côtés depuis des mois. La réplique baraquée de Matt Smith (j'ai dû la rejouer cinq fois) est la suivante : étant donné ce que nous avons appris, je serai aussi humain que possible, mais je dois le faire. Surtout, il peut parler à la vraie Amy à travers son double : vous n'êtes pas là depuis très, très longtemps. Ce duplicata a un lien assez différent avec son vrai moi que les Gangers avec le leur.

Mais ce sont des points mineurs avec lesquels lutter dans une production largement polie. Filmer le double Doctors a dû être une corvée logistique, mais c'est sans couture. Et le message Qui sont les vrais monstres ? vient fort et clair. Les Gangers, à trop juste titre, se rebellent contre l'esclavage virtuel et le purgatoire éventuel.

La masse amorphe de chair pleurnicharde, jetée dans un coin du monastère, doit être l'une des images les plus dérangeantes jamais diffusées à la télé à l'heure du thé. Comme l'explique Ganger Jen, ils ont été laissés à pourrir, pleinement conscients. Imaginez dans quel enfer ils se trouvent.

Publicité

De même cauchemardesque est notre image finale de la vraie Amy – enfin réveillée, enfermée dans un tank, loin des amis et racontée par la sage-femme de l'enfer (Frances Barber) à Puuuuuush ! sortir son bébé. Pas étonnant que Karen Gillan pousse un cri si déchirant. Cliffhanger classique.

bo emily à paris 2