Doctor Who : La chair rebelle



OK, tout d'abord : un point bonus pour avoir fait entrer Dusty Springfield dans Doctor Who. Aimer! Et si étrange aussi, alors que You Don’t Have to Say You Love Me fait écho à travers ce monastère du XIIIe siècle et usine d’acide du 22e siècle.

Publicité

Je dois admettre, cependant, que j'ai approché le dernier script de Matthew Graham avec inquiétude, souhaitant qu'il améliore son seul autre effort pour Who – le puant de 2006, Fear Her.





C'est la seule histoire que j'ai jugée suffisamment grave pour ne décerner qu'une étoile sur cinq dans le livre Doctor Who 2005-2010 de RT. Il est arrivé huitième à partir du bas dans le sondage 2009 de Doctor Who Magazine sur chaque histoire transmise. Et plus tôt ce mois-ci, une enquête sur gallifreybase.com a vu Fear Her s'éloigner dans le crachoir des années 1980, qui était le troisième pire de tous les temps.

Sûrement Matthew Graham, la force créatrice derrière Life on Mars et Ashes to Ashes (nous allons patiner sur ses Bonekickers avortés), pourrait trouver quelque chose de mieux pour Doctor Who ..?

Eh bien, The Rebel Flesh a de la viande sur les os. Il présente un dilemme moral intrigant (le droit à la vie des Gangers) et des étincelles d'originalité - pour moi, du moins: je ne suis pas au courant de tout ce qui concerne la science-fiction.

Mon collègue, Mark Braxton, a remarqué que les clones et leur cuve de chair vivante rappellent les Cylons de Battlestar Galactica. La cuve ne m'a rappelé que la disparition de Kenneth Williams dans Carry On Screaming : Frying tonight !

Le contremaître Cleaves nous dit que la chair est une matière entièrement programmable, qui peut reproduire un organisme vivant jusqu'aux poils de son menton menton, même des vêtements. Des souvenirs aussi. Eh bien, c'est pratique, si difficile à avaler.



Mais qu'il s'agisse de vrais humains ou de Gangers, aucun des personnages de Graham ne montre encore beaucoup de signes de vie. Raquel Cassidy (Mel dans Lead Balloon), Mark Bonnar (actuellement en train de remplacer le casting de Psychoville) et Marshall Lancaster (familier des autres projets de Graham) se débattent sur les morceaux de caractérisation proposés.

Sarah Smart est légèrement sympathique en tant que Jennifer, ou même son Ganger, dont le bonce allongé peut éclater à travers une porte de tourbière – une interprétation apprivoisée de l'horreur corporelle dans The Thing de John Carpenter, qui devrait néanmoins effrayer les petits téléspectateurs. Attendez-vous à des images plus dérangeantes la semaine prochaine.

Du côté positif, The Rebel Flesh est abattu de mauvaise humeur, frisant le cauchemar, une sensation renforcée vers la fin par le score lancinant de Murray Gold. Pourtant, d'une manière ou d'une autre, cela n'a pas réussi à me passionner. La faute peut se situer quelque part entre la clarté du montage et le mixage sonore.

Je n'ai pas besoin d'être frappé par la tête avec des détails, mais les explications importantes ne doivent pas être barbouillées ou obscurcies par de la musique et des effets sonores. Le script a plusieurs bigoudis : Jennifer's Sorry, Buzz. Ma faute; Le mal de ventre peu subtil de Cleaves en furetant dans son casier; et Matt Smith étant encombré du genre de tosh exubérant que David Tennant devait souvent débiter.

Publicité

Ah, et maintenant mon dernier paragraphe… C'est une réécriture tardive. J'avais l'intention d'avancer mes prédictions pour la grande surprise promise la semaine prochaine – et pour l'arc de la saison plus large – mais je viens de regarder le DVD de l'épisode six, et devinez quoi ? J'étais sur le coup. Donc pas de spoil ici ! Il y aura une tournure radicale des événements, et ce n'est pas trop difficile à reconstituer si vous avez suivi de près. Quoi qu'il en soit, regardez l'épisode de la semaine prochaine et nous comparerons les notes.

sanditon saison 2 netflix