Doctor Who – Revue Once, Upon Time : Un kaléidoscope fiévreux révèle quelques joyaux délicieux

Ce concours est maintenant terminé



2,0 sur 5 étoiles

Flux de Chris Chibnall a franchi le seuil du Delirium de Chris Chibnall. Si le chapitre un a montré les premiers signes de fièvre et le chapitre deux une accalmie momentanée, le chapitre trois est comme se réveiller dans la nuit avec les ab-dabs hurlants à part entière.

Publicité

Once, Upon Time est l'un des épisodes les plus vertigineux et les plus déroutants de Doctor Who – et j'en ai vu pas mal – ce qui rend difficile l'engagement.





Appeler l'histoire globale en six parties Flux, établir que l'espace et le temps sont perturbés et que les personnages sont frappés par une brume temporelle (passant dans et hors de phase d'une personne et corps à un autre, et entre les lieux et les temps) peut excuser beaucoup d'événements apparemment aléatoires, mais il doit y avoir l'espoir de cohérence, une lueur de logique interne. Bien sûr, il peut y avoir du plaisir à obscurcir et à récompenser les explications tardives, et cet épisode commence à avoir du sens vers la fin, peut-être parce que le cerveau humain standard a jeté une grande partie des détails absurdes qui l'ont précédé.

À une époque où Doctor Who doit élargir son attrait, s'aliéner son public potentiel plutôt que de l'attirer est une entreprise risquée. Les téléspectateurs placés entre Countryfile et l'émission Strictly Results ne pourraient pas être blâmés de s'inquiéter du fait que leur signal BBC One est en brouillage ou de se tourner ailleurs.

Pour gérer vos préférences de courriel, cliquez ici.

Les fans dévoués trouveront probablement satisfaction en passant au crible et en dépouillant ce kaléidoscope d'images et d'informations, en particulier les notes sur les vies passées du Docteur, les actes oubliés et l'implication avec la Division. Les adeptes qui ont abhorré The Timeless Children (la finale de la série 12 en 2020), en particulier la nouvelle trame de fond lamentablement Mastersplained pour le docteur, lèveront probablement les bras avec horreur alors que ces morceaux manquants du passé du docteur sont donnés plus d'actualité et légitimés par les événements d'une fois, il était temps.

Mais c'est là que se trouvent certains des joyaux. Un bijou scintillant est le retour inattendu du docteur Ruth (le Docteur Fugitive comme elle est facturée), l'incarnation passée jouée majestueusement par Jo Martin. Une excuse pour un autre aperçu d'elle, s'il vous plaît. La même chose peut être dite pour Barbara Flynn, qui élève tout ce qu'elle touche. Elle n'a qu'une seule scène, comme l'énigmatique Awsok, un être supérieur, peut-être une Time Lady (maniant un tournevis, ndlr), qui taquine le Docteur avec des extraits sur les origines du Flux. Retrouvons-la bientôt.



règle d internet

Jodie Whittaker navigue à travers toutes ces rencontres et est au sommet de la confusion, mais j'aurais adoré avoir été une mouche sur le mur lorsque le casting a reçu ce script pour la première fois. Euh, qui suis-je maintenant, où suis-je maintenant et de quoi s'agit-il…? peut-être. Il est difficile de cerner Yaz (Mandip Gill) et Dan (John Bishop) dans cette pièce. Parfois, ils ne sont pas tout à fait de caractère ou sont peut-être des avatars pour d'autres personnes.

L'accent est mis davantage sur Vinder, le commandant perdu. J'aime son look, ses coiffures changeantes, ses vestes… il peut même porter des mitaines. Jacob Anderson maintient sa sensibilité et son charisme, même si la trame de fond de Vinder devient incroyablement terne. Il est engagé dans une crise de conscience aux côtés d'un Craig Parkinson (de Line of Duty) en tant que Grand Serpent (plutôt d'un serpent à herbe mou) et de deux artistes extraterrestres qui ne parlent pas et qui s'ennuient.

C'est charmant quand Vinder envoie son message d'amour à travers le temps à Bel. Attirante jouée (et racontée) par Thaddea Graham (de Netflix Les Irréguliers), elle me rappelle les types de fugitifs solitaires qui peuplaient Blake's 7. Il y aura sûrement plus de leur romance fracturée au fur et à mesure que Flux progresse.

Le délire appelle des Daleks d'or en vol stationnaire, des Cybermen facilement choisis (dont l'un est étonnamment bavard; beau travail pour Nicholas Briggs) et un flottement d'Anges pleureurs. Chibnall a certainement livré des cliffhangers frappants. Et le chapitre trois frappe à la maison alors que les anges pénètrent dans le sanctuaire intérieur du docteur. L'Ange a le Tardis ! elle pleure, et c'est profondément effrayant. Continuez, le chapitre quatre, qui avec un peu de chance sera un cauchemar clignotant. Dans le bon sens.

  • Rattrapez-vous sur toutes les aventures de Jodie Whittaker dans le TV cm Doctor Who Story Guide

En savoir plus sur Doctor Who :

Publicité

Doctor Who est diffusé le dimanche sur BBC One. Pour en savoir plus, consultez notre page dédiée à la science-fiction ou notre guide TV complet.