Doctor Who : Cauchemar en argent ★



1,0 sur 5 étoiles

Histoire 238

Publicité

Série 7 – Épisode 12





Vous nous avez amené des enfants. Salut à toi, Docteur, sauveur des Cybermen ! – Webley

Scénario
Le Docteur emmène Clara et ses jeunes filles, Angie et Artie, au Monde des Merveilles de Hedgewick. Autrefois présenté comme le plus grand parc d'attractions de l'univers, il est maintenant en ruines et sous occupation militaire. Dans une fabrique de cire, ils se lient d'amitié avec l'impresario M. Webley et son homme de main Porridge. Les cybermites ressemblant à des insectes réactivent certains Cybermen défunts afin qu'ils puissent se déplacer et se mettre à niveau très rapidement. Le Docteur développe une double personnalité lorsque ses ennemis tentent de l'améliorer et de l'intégrer dans la Cyberiad en tant que Cyber ​​Planner.

Première transmission au Royaume-Uni
samedi 11 mai 2013

Production
novembre à décembre 2012. À Castell Coch, Tongwynlais, Cardiff ; Salle commémorative de Newbridge, Newbridge ; Château de Caerphilly ; MOD St Athan, Barry; la centrale électrique d'Uskmouth, Newport ; Studios BBC Roath Lock.

Jeter
Le docteur - Matt Smith
Clara Oswald - Jenna-Louise Coleman
Angie - Eve De Leon Allen
Artie - Kassius Carey Johnson
Webley – Jason Watkins
Bouillie – Warwick Davis
Capitaine – Tamzin Outhwaite
Beauté – Eloïse Joseph
Cerveau – Will Merrick
Ha-Ha - Calvin Dean
Missy - Zahra Ahmadi
Cyberman – Aidan Cook



Équipage
Scénariste – Neil Gaiman
Réalisateur – Stephen Woolfenden
Producteur – Marcus Wilson
Musique – Murray Gold
Designer – Michael Pickwoad
Producteurs exécutifs – Steven Moffat, Caroline Skinner

Avis RT par Patrick Mulkern

Il y a duff et puis il y a Cyberduff. Oh cher. J'avais vraiment de grands espoirs pour Nightmare in Silver – d'autant plus que j'étais assis en face de Neil Gaiman, l'auteur de fantasy de haut niveau, à la BBC Broadcasting House il y a quelques mois, écoutant pendant qu'il préparait l'histoire, professant son intention de faire le Les cybermen font à nouveau peur et prétendent avoir donné à Matt Smith du matériel juteux. Tous très convaincants.

Gaiman a été généreux de son temps et l'interview complète sur RadioTimes.com est une lecture intéressante. Donc, je me sens plus qu'un peu ingrat de devoir dire que Nightmare in Silver est un tout-puissant Cyber ​​flop, plus misérable, peut-être, que Revenge of the Cybermen (une première série mal aimée de Tom Baker), Silver Nemesis, l'exécrable histoire du 25e anniversaire avec Sylvester McCoy et The Next Doctor, ce claptrap de Noël 2008 avec David Tennant.

titan saison 2 date de sortie

L'effort précédent de Gaiman, The Doctor's Wife en 2011, a commencé de manière inquiétante avant de devenir brillant, mais je me suis souvent demandé à quel point le script avait été massé par Steven Moffat avant qu'il n'atteigne l'écran. Avec Nightmare in Silver, Gaiman admet qu'il a effectué plusieurs réécritures, mais cette fois, il semble que la date limite soit arrivée et que quelqu'un de BBC Wales ait été obligé de dire, Time's up! Nous devons libérer cette dinde.

Le blâme ne peut bien sûr pas être imputé à la porte de Neil Gaiman, bien sûr. Doctor Who est un effort d'équipe et donc un succès ou un échec d'équipe. C'est une perte de temps pour tout le monde. Ce qui est bizarre, c'est que ça marche presque. L'histoire est certainement inventive. Il est difficile de continuer à rafraîchir et à développer les Cybermen après 47 ans, mais ici, ils fonctionnent comme nous ne l'avons jamais vu auparavant.

Ils sont plus rapides - en engageant un mode zoom. Ils peuvent s'améliorer presque instantanément pour faire face à de nouveaux obstacles - bien que l'électrocution par l'eau ait sûrement déjà été déployée contre eux auparavant. La voix est une amélioration par rapport à la version 2006, mais les modifications de conception tant vantées, y compris les visages de cuillères à l'aspect dégueulasse, sont minimes et ne valent pas la peine de s'y attarder.

Les Cybermites – des perce-oreilles tordus capables de faire revivre les Cybermen défunts et d'amener les humains sur le premier échelon de la conversion – sont également une bonne idée, mais d'où viennent-ils de ce monde désolé ? Et pourquoi maintenant ? Il n'y a pas d'explication.

Le Cyber ​​Planner - une sorte de cerveau supérieur, une force de contrôle désincarnée - n'est pas une idée nouvelle. Il a été créé en 1968 et ressemblait à l'époque à un assemblage de déchets trouvés dans l'atelier d'effets visuels. C'était aussi légèrement plus efficace, et certainement plus sinistre, que sa représentation ici: des arrière-plans tourbillonnants louches pour la rencontre des esprits et des prothèses Time Lord et Cyber ​​collés au visage de Matt Smith.

Et nous atteignons ici le principal défaut du drame : les nombreuses scènes où le docteur possédé par Cyber ​​Planner bascule entre les personnages. Malgré les vaillants efforts de Matt Smith, c'est le bordel. Le dialogue aurait dû être resserré. Un travail de caméra moins frénétique aurait pu donner la concentration aux scènes et susciter une performance concentrée. Au lieu de cela, la star de la série est laissée à l'abandon, pour ressembler à un grand enfant jouant le rôle de gentil puis de méchant. C'est exposant - et inconfortable à regarder, pour la mauvaise raison.

Mais personne ne s'en sort bien. J'aime Jenna-Louise Coleman depuis le spécial de Noël, mais ici, Clara semble plus proche de l'arrogant Oswin dans Asylum of the Daleks. Son discours est vif et ressemble rarement à un discours naturel. Les deux enfants – la maussade Angie et Artie affreusement bien parlé – sont agaçants. Quand ils sont mis en danger, je me fiche de ce qui leur arrive.

Elise Matsunaga

Le plus touché est Tamzin Outhwaite dans le rôle d'Alice Ferren, capitaine du peloton de punition insipide. Après beaucoup de gesticulations et de bavardages sur le devoir, elle est abattue sur les remparts du château, mais ce moment potentiellement dramatique est si mollement dirigé que vous n'êtes même pas sûr que cela se soit produit. Son personnage a si peu d'importance que son nom complet n'apparaît pas au générique (elle est présentée comme capitaine). Quel gâchis d'une bonne actrice.

Warwick Davis est la seule personne à vaciller vers une caractérisation décente, même s'il prend un mauvais départ. Sommes-nous sérieusement censés avaler la vanité que Porridge a été assis à l'intérieur d'un Cyberman défunt, sous un tissu, dans une alcôve sombre dans les cires de Webley, juste au cas où un visiteur pourrait passer? Davis donne au Porridge des moments de charme, mais quand il se révèle être un empereur caché, puis commence à flirter avec les dames, je veux me cacher sous un tissu.

Est-ce que je manque des points importants ici, mais pourquoi est Du porridge en cachette ? Pourquoi le peloton a-t-il un gant, des armes et une bombe adaptés pour s'attaquer aux Cybermen si la guerre a eu lieu il y a mille ans. C'est comme s'attendre à ce que l'armée britannique d'aujourd'hui soit prête à repousser les Normands. Déchets! Et pourquoi, alors qu'on nous a plusieurs fois prévenu de s'attendre à une implosion, assistons-nous à une explosion ?

L'épisode présente une procession de personnages excentriques mais sous-alimentés engagés dans des incidents non dramatiques, soutenus par une musique incessante qui ne parvient pas à soulever une scène duff après l'autre. Les décors sont particulièrement ringards, du paysage lunaire aux œuvres de cire en passant par le château comique de Natty Longshoe, illuminé de manière criarde. Toute l'entreprise commence à se remémorer des épisodes plus farfelus de la série américaine des années 1960 Lost in Space. Ce n'est pas un compliment. Le vaisseau spatial impérial de Porridge ressemble à une autre salle municipale à peine râpée à Cardiff.

Parmi les épisodes du 21e siècle, Nightmare in Silver rejoint désormais Fear Her, The Doctor's Daughter, The Beast Below et The Curse of the Black Spot dans la petite galerie de ratés que je ne reviendrai plus volontiers.


Publicité

Entretien avec Neil Gaiman RT de 2013