Doctor Who : Un homme bon part en guerre



ALERTE SPOILER : ne lisez la suite que si vous avez vu A Good Man Goes to War…

Publicité

Papa! Le bébé d'Amy était Flesh, mais tout va bien parce que Melody était River Song en tant qu'adulte ! – cria Rosie en courant dans la pièce voisine pour prévenir mon beau-frère, qui s'intéressait davantage au sport à la radio. Ma brillante petite nièce, âgée de trois ans, était totalement au courant de toutes les surprises de la semaine. Et prêt à les expliquer à n'importe quel adulte perplexe.





J'adore regarder Doctor Who avec les petits : ça me rappelle l'emprise magnétique que l'émission avait sur moi à leur âge – ce mélange irrésistible de fascination et de terreur. Ils peuvent ne pas saisir toutes les nuances au premier regard, mais les enfants font les sauts de foi nécessaires.

Cette petite fille. Tout tourne autour d'elle ! le Docteur nous rappelle en haut de l'épisode. Il en fut toujours ainsi avec Steven Moffat. En plus de la fille en costume d'astronaute (Melody/River), il nous a donné une fille dans la cheminée (Reinette), une fille dans la bibliothèque (Charlotte), la petite fille qui attendait (Amelia Pond)… Même Sally Sparrow de Blink était un enfant dans la nouvelle originale de Moffat. Et tout a commencé de façon mémorable avec un garçon portant un masque à gaz.

Maintenant, nous sommes sur les bébés. Je suis sous les instructions strictes de la mère de Rosie de ne pas faire de remarques désinvoltes à propos du sprog en voie de dissolution d'Amy. Comme si j'allais le faire ! (Blanc-manger à la banane…) Mais c'est une image horrible qui ne manquera pas de déranger tous les parents.

Bien que j'aie supposé que River serait le bébé de Rory et Amy il y a quelque temps, c'est toujours un plaisir de la voir divulguer l'information après trois ans de secret. Les quatre protagonistes ont dû faire preuve d'enthousiasme pour tourner ces pages de script pour la première fois, et leurs réactions à l'écran sont savamment nuancées. Alex Kingston gère une combinaison extraordinaire de taquinerie/soulagement/heureux/triste, tandis qu'Arthur Darvill fait quelque chose de miraculeux avec tout son cuir chevelu dans le dernier plan.

Alors maintenant, nous avons été témoins de la mort et de la naissance de River, de ses dernières et premières rencontres avec le Docteur, et de nombreux points entre les deux. Je vous défie de revoir tous ses épisodes et de construire une chronologie cohérente.



En regardant Flesh and Stone de l'année dernière, nous pouvons voir que River sauvait la vie de sa propre mère Amy avant même que Melody ne soit conçue. Dans Le Big Bang, River passa devant le mariage de ses parents comme une apparition ; c'était la nuit où elle a été conçue, ce qui ajoute un double sens au titre de l'épisode. Et maintenant, nous savons peut-être pourquoi elle a marmonné, Bien sûr que non lorsqu'elle n'a pas réussi à tourner The Impossible Astronaut.

A Good Man Goes to War déroute les attentes. Vous auriez pu supposer d'après une photo publiée dans RT (16 avril) que les Cybermen domineraient cet épisode. En fait, ils n'apparaissent que dans le tease brillant des pré-titres, presque paniqués à cause d'un intrus dans leur station spatiale, qui s'avère être un Rory puissamment enhardi. (C'est génial de voir les dessins de Cyberfleet de The Invasion, 1968.)

Un Sontarien devient infirmière, et j'aime l'idée d'une dame silurienne menant une vie secrète en tant que vengeur victorien, polissant Jack l'éventreur. Vastra et sa servante/amante dévouée Jenny méritent une série dérivée. Ce courant sous-jacent de lézard/lesbienne (homo reptilia, n'importe qui ?) prouve que l'agenda gay perçu de l'ère Russell T Davies n'est pas mort. Comme le font les marines anglicans mariés et homosexuels autoproclamés et le camp hurlant Dorium Maldovar – je suis vieux. Je suis gros. Je suis bleu!

Je n'ai pas fait de décompte, mais Moffat doit imiter Seven Samurai / The Magnificent Seven avec cette équipe hétéroclite de vauriens devenus des goodies.

Des tas de personnages se présentent pour une sorte de Hey presto! s'épanouir : Avery et son fils, désormais sans tubes de survie (RT a retiré leurs noms de la liste des acteurs pour préserver la surprise) ; Danny Boy et les Spitfires de Victory of the Daleks voyagent maintenant dans le temps; et une armée silurienne n'hibernant plus sur Terre mais capable de se matérialiser sur place. Pas le temps pour les explications. C'est juste arrivé et devrait être accepté comme un peu d'amusement caricatural.

Publicité

En somme, un épisode plutôt fabuleux dans lequel Moffat arrive à nouveau à sortir les gros canons. J'imagine que les autres scénaristes doivent l'envier alors qu'ils sont encombrés de castings et de budget limités. Ils sont comme des enfants d'autrefois qui se contentent de Lego, tandis que Steven est le petit garçon avec le coffre à jouets bombé et flashy.