In the Dark Review: le drame policier pluvieux de MyAnna Buring doit approfondir



La ville fictive de Polesford dans le Derbyshire – qui sert de décor au nouveau drame de BBC1 In the Dark – semble connaître un microclimat post-apocalyptique. Il n'a jamais plu autant nulle part. La pluie est littéralement torrentielle. Et il tombe surtout par les vitres des voitures. Parce que, vous savez, un sophisme pathétique. Juste au cas où il y aurait une goutte de pluie dans votre esprit sur le symbolisme voulu.

Publicité

Polesford et ses précipitations abondantes sont la toile de fond d'une adaptation en quatre parties de la série de romans policiers de Mark Billingham. MyAnna Buring incarne DI Helen Weeks, une détective qui se charge d'enquêter sur la disparition de deux écolières de sa ville natale, même si elle est techniquement en vacances. Il s'avère que le principal suspect est le mari de son amie d'enfance – et elle est convaincue qu'il est innocent.





Le drame n'est pas sans mérite, avec une sous-intrigue intrigante qui est en fait assez captivante. Helen a ses propres secrets. Et je m'intéresse beaucoup plus à son passé douteux qu'aux meurtres eux-mêmes. D'étranges flashbacks sur son enfance, une allusion à une histoire plus sombre. Avez-vous déjà pensé à ce qui s'est passé il y a toutes ces années ? demande-t-elle à Linda Bates, sa copine de la vieille école qui, de manière significative, a été - ne pas est - sa meilleure amie.

L'apparition de Super Hans de Peep Show – alias Matt King – au milieu de tout cela est également une surprise bienvenue, et potentiellement même le point culminant de l'heure. Pour In the Dark, il est passé d'un musicien drogué qui met sa bite dans des pastèques à un médecin légiste qui pourrait jouer un rôle déterminant dans la résolution d'une affaire de meurtre. King, comme toujours, parle dans un grognement bas et a des vêtements ridicules et des cheveux encore plus ridicules – mais il prouve sa polyvalence en tant qu'acteur avec ce rôle.

Cela contraste avec Emma Fryer qui joue le rôle de la femme du suspect Linda. Fryer a fait ses armes dans la comédie (PhoneShop, Ideal), et trouve toujours ses marques dans un rôle plus dramatique. Son interprétation de Linda, une femme dont le monde est secoué par une fausse accusation, est exagérée et les lèvres tremblantes et les yeux écarquillés ne semblent pas convaincants – plus comique qu'émouvant, ce qui rend difficile l'investissement dans son personnage.

Le script de In the Dark a également du mal. Il y a une surutilisation irritante du mot cuivres (je suis un cuivre/C'est pourquoi les cuivres se réunissent, n'est-ce pas ?/Cuivre, n'est-ce pas ?) et le dialogue est maladroitement ponctué de blagues de papa qui ne sont pas drôles, faites principalement par les personnages masculins et rencontré à chaque fois une grimace d'Hélène (et moi).

Mais au cœur des problèmes du drame se trouve le fait que l'affaire utilise la prémisse de la violence contre les femmes comme un simple complot. Nous voyons à peine les familles de la victime dans le premier épisode – au lieu de cela, tout le temps d'antenne est accordé au suspect et à ses proches. Il est possible de raconter des histoires de violence à l'égard des femmes de manière responsable – sexuelle ou non : regardez la dernière série de Broadchurch et Happy Valley, ou le drame policier Three Girls. Ces séries traitaient des répercussions de tels crimes sur une petite communauté, plutôt que de les jeter comme catalyseur pour inciter au chaos.



Publicité

Espérons que In the Dark sera un peu moins naff et approfondira un peu la semaine prochaine… par beau temps.