Le plan directeur des Daleks ★★★★★



Saison 3 – Histoire 21

Publicité

Trois machines à remonter le temps dans un infinitésimal d'espace et de temps. Bien sûr, une coïncidence est possible… mais peu probable – Mavic Chen





Scénario

Atterrissant sur la planète Kembel en l'an 4000, le Docteur et ses compagnons, Steven et Katarina, rencontrent l'agent du Space Security Service Bret Vyon. Ils découvrent que les Daleks complotent - avec d'autres représentants galactiques - pour conquérir la Terre, puis l'univers, en utilisant le destructeur de temps. Les voyageurs se résolvent à avertir les autorités terrestres mais le gardien du système solaire, Mavic Chen, est également partie prenante au plan Dalek. Ils s'enfuient donc dans le vaisseau spatial de Chen, le Docteur ayant volé le noyau de taranium du destructeur de temps. Katarina se sacrifie plus tard lorsqu'ils sont attaqués sur la planète pénale Desperus afin que la mission du Docteur puisse se poursuivre…

Pour récupérer le taranium, Chen envoie Sara Kingdom, un autre agent SSS, pour localiser le Docteur et ses compagnons lorsqu'ils atteignent la Terre. Ignorant la trahison de Chen, Kingdom tire sur Vyon – son propre frère – avant d'être transporté dans l'espace avec le Docteur et Steven sur la planète Mira, et de là à Kembel. Un faux noyau façonné par le Docteur leur permet d'échapper à nouveau aux griffes de Dalek et, après des intermèdes sur Terre et impliquant le vieil adversaire du Docteur le Moine, ils retournent à Kembel. Ici, les Daleks se retournent contre Chen et le tuent, et le Docteur vole leur destructeur de temps et l'utilise pour les anéantir. Sara ignore l'avertissement du Docteur selon lequel elle doit retourner au Tardis et est prise dans les rayons mortels de l'arme apocalyptique.

comment brancher une switch

Premières transmissions
1. Le cauchemar commence – Samedi 13 novembre 1965
2. Jour d'Armageddon – Samedi 20 novembre 1965
3. La Planète du Diable – Samedi 27 novembre 1965
4. Les traîtres – samedi 4 décembre 1965
5. Contre-intrigue – Samedi 11 décembre 1965
6. Couronnes du Soleil – Samedi 18 décembre 1965
7. La fête de Steven – Samedi 25 décembre 1965
8. Volcan – Samedi 1er janvier 1966
9. Mort dorée – Samedi 8 janvier 1966
10. Escape Switch – Samedi 15 janvier 1966
11. La planète abandonnée – Samedi 22 janvier 1966
12. Destruction du temps – Samedi 29 janvier 1966

Production
Tournage : septembre-décembre 1965 aux Ealing Studios
Enregistrement en studio : octobre 1965-janvier 1966 en TC3 (eps 1-4, 6-12) et TC4 (ep 5)



Jeter
Docteur Who - William Hartnell
Steven Taylor – Peter Purves
Katarina – Adrienne Hill
Royaume de Sara – Jean Marsh
Mavic Chen – Kevin Stoney
Bret Vyon – Nicolas Courtney
Le moine intrusif – Peter Butterworth
Portique de jardin - Brian Cant
Lizan - Pamela Greer
Roald – Philippe Antoine
Zephon – Julian Sherrier
Tranter - Roy Evans
Kirksen – Douglas Sheldon
Bors – Dallas Cavell
Garge – Geoff Cheshire
Karlton - Maurice Browning
Daxtar – Roger Avon
Borkar - Salle James
Froyn - Bill Miles
Rhynmal – John Herrington
Trevor – Roger Brierley
Scott - Bruce Wightman
Célation – Terence Woodfield
Khepren - Jeffrey Isaac
Tuthmos – Derek Ware
Hyksos – Walter Randall
Alpha – Bryan Mosley
Opérateurs Dalek - Kevin Manser, Robert Jewell, Gerald Taylor, John Scott Martin
Voix Dalek – Peter Hawkins, David Graham

Équipage
Scénaristes - Terry Nation (1-5, 7) et Dennis Spooner (6, 8-12)
Musique de scène – Tristram Cary
Designers – Raymond Cusick (1,2,5,6,7,11); Barry Newbery (3,4,8,9,10,12)
Rédacteur en chef – Donald Tosh
Producteur – John Wiles
Directeur – Douglas Camfield

Revue RT par Mark Braxton
Douze épisodes, des environnements extraterrestres contrastés, l'Égypte ancienne, plus d'un ennemi de retour, un complot visant à renverser l'univers et la première mort d'un compagnon - suivi d'un deuxième et d'un troisième ! Epic ne s'en approche même pas.

films commande naruto

C'est donc indéniablement un classique, mais quels sont les éléments qui le rendent ainsi ? Parce que la longueur à elle seule ne garantit pas le statut de tiroir supérieur. Vous n'avez qu'à regarder (si vous le devez) Le procès d'un seigneur du temps en 1986 pour le prouver. Et en tout cas, il y a des efforts plutôt transparents pour élastifier l'intrigue. Mais ce que le Master Plan des Daleks possède en abondance, c'est de l'ambition, de l'ampleur, de l'élan et surtout… de la variété.

Raymond Cusick et Barry Newbery ont fourni une multitude de décors fantastiques, des jungles pleines de dangers de Kembel et des marécages bouillonnants de Mira à l'architecture métallique brillante des Daleks et aux édifices parsemés de hiéroglyphes des pharaons. L'équipe de production dans son ensemble a fait face à toutes les demandes scandaleuses que le script Nation/Spooner leur a lancées. Ce serait donc un maître des tâches difficile qui ne les excuserait pas l'étrange extraterrestre invisible! Comme c'est cruel, alors, qu'il ne reste qu'un quart de toute l'histoire (épisodes 2, 5 et 10).

Mais quoi d'autre ? Eh bien, dans Mavic Chen, nous avions l'un des grands méchants de Who. Sur le papier, un cliché fulgurant et bondien acharné sur l'acquisition du pouvoir. Mais à l'écran, il est bien plus subtil : Kevin Stoney imprègne Chen d'une malveillance bien prononcée, d'une monomanie de plus en plus déséquilibrée (Moi, Mavic Chen…) et de la prise de stylo la plus étrange possible. Certes sa constitution est étrange, mais la nationalité indéterminée du personnage contrecarre tout cri de racisme. En outre, quiconque est capable à la fois de parler des Daleks et de jeter avec mépris un œil-tige de sonde mérite tout à fait l'admiration du public.

Les Daleks eux-mêmes sont, pour la plupart, incroyablement insensibles et toujours aussi télégéniques, bien que l'effet de leurs nouveaux lance-flammes soit atténué par leur apparente inefficacité sur le feuillage robuste de Kembel ! En outre, une vue holistique de l'histoire révèle que leur appellation impropre d'un plan directeur dépasse à peine le premier obstacle. Cela est dû en grande partie à la vivacité d'esprit et à l'esprit vif d'une autre raison du succès de l'histoire : le Docteur.

[William Hartnell. Photographié par Don Smith, novembre 1965 au BBC TV Centre, TC3. Copyright Radio Times Archive]

le carnet netflix

William Hartnell donne l'une de ses meilleures performances en tant que Time Lord, de son monologue habituel, espiègle et irritation hargneux à une tache d'intelligence de cartes à la poitrine et, à plus d'une occasion, une impuissance totalement hantée. Dans l'épisode neuf, Hartnell sonne assez mal, mais il continue malgré tout. Tout le mérite lui revient pour cela: sa déjouer le Moine et les Daleks fournit certains des moments les plus marquants de l'histoire.

Ce qui nous amène aux compagnons. Steven continue de creuser son sillon solide et sans humour, pas aidé par sa veste en velours côtelé rigide en carton. Mais l'histoire se démarque par la mort de Katarina. Le naïf crédule d'Adrienne Hill était un contraste sympathique avec le voyageur habituel de Tardis, et son geste ultime aurait engourdi les téléspectateurs en 1965.

Et bien qu'ils ne soient pas des compagnons dans le sens accepté, le fait est que Bret Vyon et Sara Kingdom accompagnent tous les deux le Docteur dans sa quête. Eux aussi meurent de mort à couper le souffle: Bret abattu par sa sœur (dont la motivation est insuffisamment expliquée) et cette dernière à un horrible vieillissement rapide à la Ursula-Andres-in-She. Les fans parlent encore de la mort d'Adric en 1982, mais qu'en est-il de ce magnifique triple coup dur ?

La confiance des producteurs dans différents styles et traitements à cette époque était telle qu'ils ont essayé une comédie à part entière pour leur épisode du jour de Noël, La fête de Steven, brisant le quatrième mur dans le processus avec Joyeux Noël du docteur aux téléspectateurs. Que cela ait fonctionné à l'époque est discutable ; c'est absolument horrible maintenant. Le pire était à venir dans l'épisode suivant lorsque le Tardis atterrit sur le terrain de l'Oval lors d'un international de cricket. L'échange des commentateurs aurait pu être écrit par un enfant.

Mais encore, vous pouvez pardonner l'indulgence : un entracte frivole était probablement nécessaire compte tenu de ce qui allait suivre. La finale est l'une des plus sombres et des plus solennelles de l'histoire de la série.

Aucune critique de cette entreprise monstre ne peut passer sans mentionner le réalisateur – l'un des véritables héros méconnus de la série, Douglas Camfield – qui regroupe tous les volets disparates avec une ténacité louable. Peu de gens auraient accepté un tel défi, mais l'attitude de Camfield était la suivante : si je pouvais faire face à cela, je pourrais faire face à n'importe quoi. Si ce n'est sa plus belle histoire, c'était sans aucun doute sa plus grande réussite.

- - -

Documents d'archives de Radio Times

days gone 2 date de sortie

Ce conte épique a été promu par une variété de petites fonctionnalités, parfois changeantes dans les éditions régionales. Ils ont souvent utilisé des images qui n'existent plus.

C'était la principale caractéristique d'introduction et une variation régionale pour The Nightmare Begins.

Petits récapitulatifs pour Day of Armageddon, Devil's Planet et Counter Plot (certains n'ont été imprimés que dans des éditions qui ne répertoriaient pas encore BBC2).

Facturation RT

- - -

hawkins inde
Publicité

[Épisodes 2, 5 et 10 disponibles sur le coffret DVD de la BBC, Doctor Who : Lost in Time.
Bande sonore complète disponible sur BBC Audio CD]